Les édifices catholiques

Sommaire

Eglise catholique Saint-Blaise

Eglise catholique Saint-Gall

Eglise catholique Saint Jacques le Majeur

Eglise catholique Saint Michel

Eglise catholique Saint Sixte

Eglise catholique Saint-Blaise

Période de construction : 1900 (consécration le 8 juillet 1900)

Cordonnées : rue du Chevreuil 61170 Geudertheim

Style architectural : néo-gothique

Architecte : Heinrich Rudolf Gustav Hannig de Saverne (1851-1905)

Réalisation orgue : 1900 (manufacture Link Frères de Giengen an der Brenz)

Saint patron : Saint-Blaise de Sébaste, évêque et médecin, saint auxiliaire des cardeurs de laine (fêté le 3 février)

Date de bénédiction des nouvelles cloches : 27 novembre 1949

 

Presbytère catholique Saint-Blaise

Période de construction : 1881

Cordonnées : 14 rue du Chevreuil 61170 Geudertheim

Architecte : inconnu

 

Les origines

L’origine remonte à l’installation de la famille du baron et général français Alexis Balthazar Henri de Schauenburg (1748-1831) dans la commune dès la fin de la Révolution. Père attentionné et fervent catholique, il fit construire une première chapelle sur le terrain du Weyergarten en l’honneur de son fils décédé dans la bataille d’Heilsberg en 1807. Ce premier lieu de culte fut tout naturellement ouvert à la communauté catholique encore minoritaire mais resta trop exigüe.

Le projet d’une église digne de ce nom et d’un presbytère aboutit du temps de l’arrière-petit-fils du baron, Alexis de Schauenburg (1828-1904) qui vendit en partie sa collection d’antiquités, d’armes anciennes et de vitraux pour le financer. La construction du presbytère fut achevée en 1881. Celle de l’église, débuta le 13 août 1889 par la pose de la première pierre suivie de la cérémonie de bénédiction pour s’achever moins d’un an plus tard.

L’ancienne chapelle fut conservée en partie et transformée en crypte qui renferme aujourd’hui les scépultures de la famille Schauenburg. Cette chapelle funéraire est  inscrite Monument Historique depuis plus de 20 ans, notamment par la présence des monuments funéraire du baron et de son épouse Marie Françoise Sophie Louise baronne Albertini d'Ichtersheim (1762-1815) réalisés par le sculpteur allemand Landolin Ohmacht (1760-1834).

Date de bénédiction des nouvelles cloches : 27 novembre 1949

 

A découvrir

Parmi le mobilier lithurgique néo-gothique, se trouve une armoire eucharistique en fer forgé datant du XVe siècle et citée parmi les 14 plus belles d'Alsace. Son origine remonte à l’ancienne église protestante du village dont seule la tour romane subsiste. On utilise également le terme de tabernacle mural qui symbolise la tente de l’Exode à l’époque de Moïse et annonce la demeure de Dieu. Elle contient le ciboire destiné aux hosties consacrées.

Eglise catholique Saint-Gall

 

Période de construction : 1868 à 1872

Cordonnées : rue Principale 67500 Weitbruch

Style architectural : néo-gothique

Architecte : Alexandre Matuszinski

Réalisation orgue : 1872 (manufacture Xavier Stiehr)

Saint patron : Notker de Saint-Gall, moine d’abbaye (fêté le 7 avril)

 

Presbytère catholique Saint-Blaise

Période de construction: 1782 à 1783 ; 1842 pour la grange ; 1844 pour le mur d’enceinte

Cordonnées : 102, rue Principale 67500 Weitbruch

Architecte : Louis Martin Zegowitz

 

Les origines

La confession catholique de Weitbruch voit le jour en 1693 avec la création de la paroisse catholique royale. Catholiques et protestants pratiquent dans l’ancienne « Feldkirche » implantée à l'actuelle église protestante dans le statut du Simultaneum du XIIIe siècle jusqu'en 1872, date d’achèvement de l’église catholique Saint-Gall dont la Commune fit poser la première pierre d’angle 6 ans plus tôt.

Date de bénédiction des nouvelles cloches : inconnue

 

A découvrir

Aux abords dans l’enclos, une croix d’église sur piédestal datée de 1824 puis dans le chœur, un maître-autel et deux autels secondaires composés de magnifiques figures bibliques sculptées en bois (1869) attribuées au menuisier Joseph Muller de Strasbourg.

 Eglise catholique Saint-Jacques le Majeur

 

Période de construction : 1910 (consécration en novembre 1910)

Cordonnées : rue Principale 67240 Gries

Style architectural : néo-gothique

Architecte : Antoine Buchmann de Wissembourg

Réalisation orgue : 1987 (Gaston Kern de la Manufacture d'Orgues Alsacienne)

Saint patron : Jacques le Majeur dit Jacques de Zébédée (fêté le 25 juillet). Apôtre du Christ coiffé d’un chapeau et du bourdon de pèlerin, il porte la coquille Saint-Jacques qui rappelle sa sépulture et le pèlerinage de Compostelle.

 

Presbytère catholique Saint-Jacques le Majeur

Période de construction : inconnue

Cordonnées : 102 rue Principale 67240 Gries

Architecte : inconnu

Convertit en logements depuis peu, seule une salle est utilisée pour les besoins des paroisses catholiques de Gries et Kurtzenhouse.

 

Les origines

Pour mettre fin au statut du Simultaneum en vigueur au sein de l’église protestante depuis la création de la paroisse catholique en 1843, les fidèles envisagent de construire une église dès 1894. Ce statut prend fin en novembre 1910 date d’inauguration de l’édifice actuel.

Date de bénédiction des nouvelles cloches : inconnue

 

A découvrir

Au niveau du chœur, se trouve un magnifique baptistère en grès des Vosges construit vers la fin du XVIIIe siècle. la cuve baptismale qui accueille l’eau consacrée - symbole de vie et de renaissance - est marquée d’une frise au nombre huit sur l’octogone de la cuve. Il s’agit d’une figure intermédiaire entre le carré et le cercle symbolisant le passage du monde terrestre (le carré) au monde céleste (le cercle). Ce chiffre renvoi également au 8ème jour, jour de célébration du Christ ressuscité. Ce symbolise chrétien est accentué par un couvercle en forme de dôme céleste.

Eglise catholique Saint-Michel

 

Période de construction : 29 février 1784 au 15 décembre 1791 (date de consécration) ; reconstruction du clocher-porche effondré le 13 août 1785 jusqu’au 14 novembre 1807

Cordonnées : rue Baldung Grien 67720 Weyersheim

Style architectural : néo-gothique

Architecte : Nicolas-Alexandre Salins de Montfort (1753-1839); François Reiner (modification des plans du clocher-porche)

Réalisation orgue : 1877 (manufacture Charles Wetzel) - buffet et partie instrumentale inscrits au Monument Historique en 1977

Saint patron : archange Saint-Michel, ange gardien de la France (fêté le 29 septembre)

 

Presbytère catholique Saint-Michel

 

Période de construction : 1738

Cordonnées : 87 Rue Baldung Grien 67720 Weyersheim

Architecte : inconnu

 

 

Les origines

Construit sur l’ancienne « Feldkirche » médiévale romane sur les plans du célèbre architecte Nicolas-Alexandre Salins de Montfort, l’église actuelle se dresse fièrement avec son clocher-porche haut de 50 mètres, posé sur un bâtiment long de 50 mètres pour 17 mètres de largeur. Sa construction est retardée par l’effondrement de clocher-porche en 1785 puis par les combats entre l'Armée du Rhin de Desaix et les armées austroprussiennes - dont il subsiste aujourd’hui un boulet de canon encastré sur le côté gauche du chœur depuis le mois octobre 1793.

Cette aventure humaine prend fin 23 ans après la pose de la première pierre. Dans cette attente, les fidèles officiaient dans l’ancienne chapelle gothique Saint-Wolfgang - aujourd’hui détruite - construite entre 1486 et 1492 sur le promontoire sud du village, là où se trouvaient les ruines d’une ancienne tour d’observation romaine. L’édifice est inscrit Monument Historique depuis le 6 janvier 1930 et fait l’objet de fréquentes restaurations par la Commune soutenue par les fidèles.  

Date de bénédiction des nouvelles cloches : 25 juin 1972

  

A découvrir

Les mobiliers lithurgiques, sculptures et tableaux présents dans ce lieu sont d’une richesse patrimoniale exceptionnelle que ces quelques lignes ne suffiraient pas à préciser. Parmi eux, une chapelle latérale où sont exposés des objets tous classés aux Monuments Historiques provenant de l’ancienne chapelle Saint-Wolfgang. Citons le fameux tableau peint sur bois  "Quo vadis" de Hans Baldung Grien (XVe siècle) représentant les deux rencontres du Christ avec Saint Pierre et Saint Paul ou encore les statues de Saint- Wolfgang de Ratisbonne (vers 1488) et de Sainte-Anne Trinitaire (vers 1480).

Cette église accueille d’autres trésors, entre autres une superbe chaire à prêcher du XVIIIe siècle classée aux Monuments Historiques en 1969. A l’époque gothique, les chœurs étaient séparés des nefs par une clôture surmontée d’une tribune des lectures, le jubé. A partir du Concile de Trente (1545-1563) apparait une petite tribune favorable à l’enseignement de la foi, la chaire à prêcher. Elle existait déjà depuis le XIIIe siècle pour la prédication en plein air. Elle n’est plus de rigueur aujourd’hui.

Le long des nefs latérales, parcourez les stations du chemin de croix représentées par 14 tableaux peints par l’atelier d’artiste Winter de Saverne en 1839. Enfin, le chœur illuminera chaque visiteur par sa majestuosité notamment par le maitre-autel à baldaquin de style baroque représentant la Vierge en son assomption. Ce dernier conçu en 1774, a été acheté au couvent Sainte Barbe de Strasbourg. Il est lui aussi classé aux Monuments Historiques depuis 1969. Enfin, observez la lumière pénétrer ces lieux par les somptueux vitraux réalisés par les maisons Zettler de Munich et Ott de Strasbourg.

 Eglise catholique Saint-Sixte

Période de construction : 1846 à 1849 (consécration le 10 mai 1849) ; 1958 reconstruction du clocher suite aux bombardements de la 2ème Guerre Mondiale

Cordonnées : rue de l’Eglise 67720 Hoerdt

Style architectural : néo-classique

Architecte : Charles Alexandre François Morin (1810-1897)

Réalisation orgue : 1792 (manufacture Michel Stiehr) - orgue et buffet classés MH en 1977

Saint patron : Saint-Sixte de Reims, évêque de Reims du 3e siècle (fêté le 1er septembre)

 

Presbytère catholique Saint-Sixte

Période de construction : XIXe siècle

Cordonnées : 7 rue de l’Eglise 67720 Hoerdt

Architecte : inconnu

 

 

Les origines

Lieu de pèlerinage réputé, la première « Feldkirche » installé sur l’actuel cimetière communal au nord du village est exigüe. Après les dégâts de la guerre de Trente Ans, elle menace même de s’effondrer. Elle est reconstruite au même endroit en 1761 jusqu’à sa seconde démolition le 1er mars 1846. Les pierres servent alors à ériger cette 3ème église où fut transféré l’orgue en 1849. Le statut de Simultaneum était de rigueur à Hoerdt de 1779 jusqu’à la consécration de l’église catholique. La commune finança en partie la construction de deux nouvelles églises (une pour chaque culte) en mettant en vente 280 lots du Mittelried, cette terre acide et noire située à l’est du village.

 Date de bénédiction des nouvelles cloches : inconnue

 

 

A découvrir

Aux abords dans l’enclos, un superbe calvaire de grès datée de 1821 puis en tribune, un des premiers orgues de la maison Stiehr. L’instrument et son buffet sont classés Monument Historique depuis 1977. Une des nombreuses peintures alsaciennes de Marie-Antoinette Caroline Sorg (1833-1923) agrémente le nef. Datée de 1887, cette toile représente Saint-Sixte confiant les trésors de l'église au diacre Saint-Laurent avant d'avoir la tête tranchée par un bourreau.

  

 

Pour en savoir plus :

 

 

Partez à leur (re)découverte !

Circuits découverte « VTC », « Entre prairies et vergers », « Le vallon du Lohgraben », « Les collines de loess »,  « Sur les bords de la Zorn »